En repassant par la Lorraine
Pour retrouver la trace du 141e RIT, il faut chercher dans le JMO du 15e RIT, qui pendant cette période est dans le même secteur. Les deux régiments alternent leur faction, et le travail en ligne. Le secteur est très calme. D'ailleurs on y envoie des régiments pour se reposer.

Signalons qu'après l'épopée sur Craonne, Chaudardes, nombreux soldats du 141e RIT sont affectés au 15e RIT. Les relèves se font donc "en terrain de connaissance".


Les annotations toutes sommaires du carnet militaire d'Henry (Septembre 1917 à Janvier 1918 : Lorraine – tranchées de première ligne – secteur de Baccarat) attestent sa présence près de Badonviller à l'automne et au début de l'hiver 1917. Il se retrouve sur un terrain de connaissance. Au mois d'août 1917, après avoir quitté Cerny, il est affecté dans le 141e RIT qui lui était à Craonne.


Au jour le jour le 141e RIT à la trace des JMO
5 septembre Le gradé DUPOUY Girons est cité pour un fait d'arme à cette date : avec quelques hommes, il arrête une démonstration ennemie et blesse un allemand, par un tir rapide. Sa fiche matricule ne mentionne pas de lieu précis. 10 septembreLe sous-lieutenant Muzelle provenant du 3e Bataillon du 141e RIT est par décision du général commandant le 9e C.A. affecté au 15e RIT. 17 septembreLe 1er Baton (Meyer) du 15e RIT relève au Centre de résistance d'Ancerviller le 2e Baton du 141e RIT Journée calme. Dans la nuit du 16 au 17, les 2e et 3e Cies quittent Mignéville à 1h30 et arrivent à leurs position à 3 heures. Les 5e, 6e et CM2 quittent ste Pôle, la 7e Cie Montigny pour relever au centre de résistance du Grand Bois les Cies correspondantes du 141e Territorial.
Vers 10 h un avion ennemi est abattu en flammes au sud de NeufMaisons par un de nos avions. L'appareil est détruit, les deux passagers tués.
18 septembrele 2e Baton du 15e RIT relvèe au CR du Grand Bois le 1er Bton du 141e RIT. Vers 7 heures 30 une patrouille ennemie attaque à la grenade un de nos postes de guetteurs en avant du PR6 de ND de Lorette. Le poste renforcé, repousse l'ennemi et le poursuit l'obligeant à abondonner 6 fusils et ses grenades. Un des fusils dont la bretelle est coupée porte des traces de sang. Journée calme.

25 septembreExercice de protection contre les gaz, pour les 2 bataillons en ligne, le bataillon en réserve du 141e RIT à Sainte Pôle et celles cantonnées à Montigny. 29 septembre Concours du tir au fusil 86, fusil mitrailleur et Grenades à Bertrichamps. 30 septembre Commandement de relève en première ligne du 15e RIT par le 141e Territorial dans la nuit du 2 au 3 octobre.
(rotation des bataillons au C.R. d'Ancerviller et le C.R de Grands Bois)
2 octobreactivité normale - Un sous-officier blessé par balle de shrapnell au 141e RIT. 12 octobreactivité normale - 1 blessé par éclat d'obus au 141e RIT. 6 octobreSuivant avis de mutation par M. le directeur du service de santé du 9e C.A en date du 20 octobre, le médecin auxiliaire LANDRIEU (Robert Ernest)venant du 141e Territorial passe au 15e Territorial en remplacement du Médecin auxilaire HARTGLASS et se trouve affecté au 1er Bataillon [Meyer]. 16 octobreS72 hommes provenant du 141e RIT et détachés à Affracourt (en subsistance au 37e Territorial) rejoignent le 15e Territorial et rentrent à leurs compagnies respectives. 17 octobre 1917GOUTAILLE Jean tué à l'ennemi Domèvre, P.A des bouleaux (Source JMO 9e C.A.) Embuscade sans résultat au Moulin de Moncel. Journée Calme. 17e DI 1 tué (141e RIT) - 4 blessés (dont 1 officier). 19 octobreLe 2e bataillon [du 15e RIT] relève au Grand Bois le 1er bataillon du 141eterritorial. 21 octobre La Cie Hors rang quitte Mignéville à 7 h et va cantonner à Montigny où elle relève la cie hors rang du 141e RIT. 27 octobreLe sous secteur centre passe sous le commandement de la 33e brigade (poste de commandement Neufmaisons).Position du 1er bataillon du 141e Territorial en réserve à la disposition du commandant du sous-secteur du Centre. Lieutenant colonel Souillard : Etat-major et 2 cies, Brouville ; ½ cie aux Carrières de Merviller ; ½ Cie à Ste-Pôle et à St-Maurice ; ½ Cie à Gélacourt. 29 octobre 1917En réserve Colonel Casassus et EM 141e RIT – 2e C° Neuviller EM du Bataillon Moreau de Saint Martin (1/141)
– 1 Cie CL (1/141) a Gelacourt
– Ste-Pôle 1 section
– St-Maurice 1 section. Ce bataillon est en soutien du S Secteur du centre.
– Le Bataillon Meyer (2/141) est cantonné à Migneville et Montigny mais en en réserve du S secteur de gauche.
4 novembreL'artillerie allemande exécute des tirs notamment vers Neuviller (50 obus de 77) vers le chemin Guelly (Sud du CR Chasseurs 50 obus de 150) Nos mitrailleuses continuent leurs tirs indirects (3000) cartouches – quelques obus de 37 sont également tirés vers le carrefour des Noctambules. Dans le CR de Neuviller le 2e Bataillon du 141e RIT relève le 1er Bataillon du 15e RIT.
Dans le sous secteur du Centre le 1er Baton du 141e RIT relève dans le CR du Grand-Bois le 2e Baton du 15e RIT.

5 décembre 1917Le lieutenant Jean Fourny est blessé par éclat d'obus au PC de Neufviller. C'est le Major Temporal du 15e RIT, venu du 206e RI, qui signe son attestation de blessures.
Carnet militaire d'Henry : "du 22 novembre au 21 décembre 1917, a suivi le cours des Ct (commandants) de Cie". .