Reconstitution du JMO des 1er et 2e Bons
entre le 1er août et le 31 décembre 1914

Il est difficile de reconstituer les activités de ces deux bataillons au début de la guerre. L'essentiel des renseignements provient de l'historique :
"Débarqué à Épinal le 8 août, le régiment est affecté à la défense du secteur Sud, il en occupe les forts et travaille fiévreusement à mettre la place en état de défense."

Ici, une carte des emplacements des forts autour d'Epinal.

Sur le site du Chtimiste, l'une des photos présente du 39e RIT montre quelques hommes au fort de Bambois.

Laconiquement, l'historique continue :

"Il faut multiplier les travaux : du 20 septembre au 30 octobre, les 1re, 3e, 6e, 7e compagnies, sous les ordres du commandant PIARD-DESHAYS, sont détachées à l'est de Saint-Dié pour organiser la défense de cette région ; elles ont la douleur de voir avec quelle rapidité les Allemands savent dévaster.
Puis le 1er bataillon (commandant LECESTRE) mis à la disposition du général commandant la 71e D. I., est dirigé le 9 décembre sur Rambervillers ; il y effectue des travaux et rejoint le régiment le 1er janvier 1915."
Septembre 1914 22 septembreLéon DOUBLET meurt de la fièvre typhoïde à l'hôpital Champauvert d'Epinal. Novembre 1914
15 novembre BEGUIN Albert Gaston décède suite de ses blessures à l'hôpital Saint-Laurent (Dounoux). Nonobstant, les soldats du 39e RIT qui ont rejoint le 313e RI, ou le 113e sur les champs de bataille de l'Argonne, Albert Béguin, est bien le premier du 39e RIT tué du régiment parmi les 3 bataillons du 39e RIT. Même si les cies ne semblent pas avoir participé aux batailles des frontières près de Saint-Dié des Vosges, les travaux dont elles avaient la charge, n'étaient peut être pas éloignés des zones de bombardement plus en arrière. Samedi 12 décembre Une carte postale sur le web d'un soldat Lecomte ou Leroy qui appartient en toute vraisemblance au 39e RI (nous n'avons pu l'identifier) relate le mouvement suivant :

Ma chère Georgette, tu dois avoir reçu une lettre pour te faire savoir que j'ai bien reçu tous que tu m'avais envoyé et aussi t'apprendre mon départ d'Uriménil, nous sommes partis le mercredi. Nous avons couché à quatre kilomètres au dessus d'Epinal et le lendemain, on couche en caserne de Remberviller et le lendemain nous sommes rendu à Frimbois (Meurthe-et- Moselle) à 6 km de Lunéville. Nous sommes là pour garder les lignes de chemi de fer et les villes, il faudrait mieux qu'il nous renvoie chez nous. Espérons ma chère femme que cela viendra. D'ici le jour de la paix sera le plus beau jour de ma vie car depuis le 2 août, c'est long sans revoir sa famille. Je m'en fais pas pour clea, je suis toujours en bonne santé et je désire que vous soyez de même. je vous embrasse. Lecomte Leroy. Courage aussi.

Uriménil se situe au sud d'Epinal.L'Effectif du fort des friches comprend 2 officiers et 125 soldats du 39e RIT, avant guerre, selon fortiffsere.