L'affaire de Seicheprey, Mandres, Flirey
Liste des soldats tombés à Seicheprey

Les compagnies alternent avec celles du 234e R.I de la 68e division en ce début de printemps 1915 dans la région de Seicheprey, Mandres — où le régiement est arrivé mi mars — en pleine bataille de la Woëvre.

Du 5 au 8 avril, des compagnies du 206e participent à la prise des tranchées de Flirey.
Le 3 avril « Tout le monde sait qu'un choc est imminent, et on attend d'un moment à l'autre la canonnade qui y préludera » raconte Marc Delfaud.
Les boyaux sont déjà plein d'eau des dernières pluies.

Le 5 à 9 h précise, « La canonnade éclate sur tout le front avec une violence extrême.» Les allemands ripostent autour de Rémières, et sur le secteur du 206e. A 9h30 l'ordre est donné d'ouvrir le feu dans les tranchées.

Le jeudi 8 avril, le 6e bataillon participe à l'attaque d'infanterie qui commence à 13 heures. Il reprend une tranchée qu'elle réussie à conserver le soir malgré une furieuse contre-attaque.

« Peu ne s'en fallut que le 206 ne lâchât pied ! Il ne fut retenu que par l'énergie du lieutenant Robert de la 23e et du capitaine Petit de la 21e », relate Delfaud quelques jours après.

Le 206e est cité à l'ordre de la division pour son action à Flirey.


Photo collection JLgarry : photo d'une section du 206e - année 1915.