Les 3 bataillons réunis
Le 19 mai 1915, le 3e bataillon arrive à Baccarat, rejoignant le régiment (Historique). Jusqu'en juillet 1915, ne cessent escarmouches et tirs d'artillerie sur les camps. Ici, la guerre de conquête d'un "bout" de territoires laisse place peu à peu à un front qui s'étire tout en longueur et en profondeur. Les points chauds comme celui du Chamois, ou la route qui mène à La Chapelotte ne sont jamais tout à fait de tout repos.

On imagine aisément l'effet produit sur les nouveaux arrivés des témoignages de leurs camarades des autres bataillons qui ont participé aux combats de la Chapelotte... Le sac de Badonviller, au début de la guerre, avait eu un certain retentissement.

Les stygmates des premiers mois de guerre impressionnent les nouveaux arrivants : les traces laissées par l'invasion en août 1914, et les combats du Chamois, de février 1915 montrent, qu'ici, on est plus tout à fait à l'arrière.
A gauche Henry visitant les ruines de l'église de Badonviller, pantalon foncé, moustache fournie à l'arrivée dans le secteur, trois trous d'obus dans la façade. A droite, la photo du BDIC du Fonds Louvois, prise le 22 août 1916.
La statue au fond de la nef a disparu entre les deux clichés, et les trous d'obus se sont agrandis.


Journal des marches du 39e RIT (reconstitution)
de fin mai 1915 au 30 juin 1916
Toutes les dates sont tirées des signalements du 39e RIT dans les JMO sanitaire, prévôté, brancardiers de la 71e div, et dans ceux du 41e BCP, du 370e RI, du 349e, du 217e du 358e et de la 141e brigade. Les noms ont été retrouvés en croisant les informations avec les fiches matricules.

5 mai 1915 Décès d'Alexandre Geai à Neufmaison. 19 mai 1915"Par suite de l'arrivée dans le secteur d'une nouvelle Compagnie de territoriaux, des modifications sont faites dans la répartition des troupes :

1 - 39e Territorial à droite
  • 1e Cie Secteur de la route (du saillant F au chemin 8)
  • 1 Cie Saillant d'Allencombe
  • 1/2 Cie Secteur Bourra
  • 1 Cie 1/2 disponible (Allencombe - Chemin Vierge Clarisse)

  • 2e - 41e baton de chasseurs […]


    Le Rendez-vous des chasseurs.
    @BDIC-Fonds Louvois - Photo Edouard Brissy.
    Officiers et régiment à identifier.

    3e - La 4e Cie du 41e fournit la garnison de l'ouvrage des gardes dans le vallon de la Fontaine des gardes entre le secteur du saillant d'Allencombe et celui de la route (territoriaux).

    4e - Mittrailleuses

    39e territorial : 1 section à l'ouvrage des gardes.

    22 mai 1915 Attaque allemande sur les lignes du Chamois. 1 caporal blessé du 39e TAL : René Stoltz.

    25 mai 1915 L'adjudant Chef Léon Guerrier est promu sous-lieutenant à TT et reste au corps. 28 mai 1915 Un mitrailleur du 39e Tal coupe la hampe d'un drapeau prussien dressé le matin même par les allemands sur la ferme d'Allencombe.
    Ce jour, le lieutenant Lancelot est promu au grade de Capitaine.
    29 mai 1915 1 blessé couché du 39e T de Badonviller. 1 blessé couché et 1 malade du 39e T de Vierge Clarisse.
    (JMO 141e brig) : Ce jour, secteur de droite :A 3 heures du matin le tir de nos canons de 58 a déclenché presqu'immédiatement la riposte de l'ennemi dont les canons de 108 - 88 -77 ont arrosé de projectiles toute la région du chamois. Vers 5 heures interruption du tir ennemi, puis continuation du tir pendant 2 heures par salves de 4 coups espacés de 20 à 30 minutes. Pertes : 1 blessé 39e Tal.
    Visite du général Humbert cmdt le Dal.
    Au S/secteur Rendez-vous des Chasseurs, l'ennemi s'est montré très actif - Fusillades, grenades sur nos tranchées. (Perte : 1 tué 39e Tal). A 15 heures notre artillerie (155) tire sur la ferme d'Allencombe et sur le bois de bouleaux.

    Un commencement d'incendie à la lisière du saillant d'Allencombe, puis une violente fusillade ou brûle un abri allemand sont mentionnés dans le jmo du 41e BCP. "Dans la journée, l'ennemi lance plusieurs fusées qui mettent le feu dans le voisinage des tranchées du saillant d'Allencombe. L'incendie gagne 2 tranchées mais est rapidement éteint pas des territoriaux qui occupent ces ouvrages." (C'est peut être dans des circonstances similaires qu'Henry fut blessé en mars 1916 au saillant d'Allencombe.)


    Juin 1915 Du 1 au 10 juin 12 blessés dont 2 couchés à Badonviller du 39e Tal. Le 6 (juin) ont été évacués de Neufmaisons 4 blessés 39e Tal venant de Badonviller. Le 4 juin 1915 (Secteur de gauche) tir intermittent de l'artillerie ennemie sur le Haut d'Arbre et Neuviller (obus de 77) ; sur la crête au Nord de la scierie avec du gros calibre vers 17 heures. (Jmo 141e brig) Sur Badonviller (2 tués AUGER Albert et Frédéric BOYS à Neufmaisons et 12 blessés, au 39e Tal) - dont Emile Héron, soldat.

    Le 5 juin 1915 Décès à Neufmaisons de Alexandre GEAI.

    Le 6 juin 1915 (Secteur de gauche) Bombardement intermittent sur Badonviller et sur nos tranchées Ouest de St-Maurice. Pertes : 4 blessés 39e Tal : Eugène Chevy, et Louis Aubert blessé au reins par E.O et le 2e cl. Ferdinand CHEVAIS . [Maj 17/7/17].

    8 juin 1915[Ce jour] éclate un violent ouragan (pluie et grêle) ; les boyaux de communication sont transformés en torrent, après une vive fusillade avec action de mitrailleuses, quand les allemands font exploser une mine.

    Le 9 c'est un nouveau un orage violent qui inondent les tranchés "basses" avec de nombreux éboulements (ouvrage fritz).


    Le 11 juin 1915 1 homme tué du 39e RIT. Il s'agit d'Eugène DUHANOT à Neufmaison.


    Ruines de la ferme du Chamois, le 8 9 1915.
    @BDIC-Fonds Louvois Site du fonds Louvois.

    14 juin 1915 1 section de territoriaux (régiment non déterminé dans le JMO du 41e BCP) commencent l'organisation d'une troisième ligne de résistance en arrière du secteur BOURRA. Du 11 au 20 juin 39e T : 1 blessé couché venant de Badonviller. 39e T : 1 blessé assis venant de Vierge Clarisse. 16 juin 1915 Notre 155 a tiré sur le Ban le Moine, pendant que nos mitrailleuses arrosaient le bois de bouleaux. L'ennemi riposte par du 150 plus mollement que d'habitude, et avons le dernier mot (1 blessé du 39e RIT). (Jmo 141e brig.) Baptême du feu pour Henry lors de ces premières semaines à Badonviller ?
    On peut le supposer compte tenu de ces photos au Chamois en ligne, et d'une activité moindre qu'en février dans le secteur (les belligérants ne manifestant plus d'actions d'infanterie d'envergure avec attaque et contre-attaque), mais avec toujours jusqu'à la fin de l'été des escarmouches des fusillades, et des tirs d'obus au quotidien.
    Secteur des Colins
    19 juin 1915 Vive activité de l'ennemi autour des Colins, de Badonviller à la Chapelotte depuis plusieurs jours. A 20 heures, les Allemands font sauter une mine qui ébranle la montagne des Colins. Réponse sur tout le front alentour des Français par une vive fusillade et canonnade. 21 juin 1915 Nouvelle alerte à 20 heures sur le front ennemi, par une vive fusillade, des hourrahs, et des projections de fusées : 2 blessés à Badonviller : Auguste Moreau. et Arsène Haie A 23h30 les Allemands font font exploser une nouvelle mine qui projette des blocs de rochers par dessus de Poste Mirador des Colins. Riposte immédiate par le feu du 43e RIT qui stoppe cette attaque. 22 juin 1915 A 2 heures, les Allemands déclenchent une furieuse attaque sur les Colins sur les centres de résistance française, et le Poste Mirador. Le 30 juin :La 10e Cie du 39e RIT est adjointe au secteur de Neuviller, bois de la Voivre, et vient cantonner au bois de la Voivre. Les tranchées du Bois de la Voivre, de la Cote 316 au Moulin des Tocs exclus sont désormais occupées par un peloton du 39e Territorial.(JMO du 370e RI) Juillet 1915 Le 1er juillet Mr le Capitaine Clément du 39e Tal est mis à la disposition du commandement du Génie Divisionnaire pour la Direction du chantier de Fenneviller (abri pour mitrailleuse en béton armé). 6 juilletEntre 10h et 10h35 bombardement de nos tranchées du Chamois et Malgréjean, par l'artillerie ennemie (77 – 88 – 105). Notre artillerie répond au tir des allemands. L'ennemi travaille activement à ses défenses. Bombardement par l'ennemi de nos tranchées du saillant d'Allencombe (150) qui occasionne des dégâts matériels assez sérieux ( 1 blessé 39e Tal). (Jmo 141e brig.) 7 juillet 1915Le capitaine Eugène Bally passe au 39e Territorial. 13 juillet 1915Décès à l'hôpital de Baccarat du capitaine Alexandre suite de ses blessures de guerre. 15 juillet 1915Décès à l'hôpital de Baccarat du 2e cl Leveaux suite de maladie contractée en service. 17 juillet 1915Le soldat Charles Ledard se blesse en chutant, et se fracture sur le côté. 20 juillet 1915Mutations au 158e - 358e RI (71e division présent dans le secteur) : Gougeon,Gasselin (caporaux), Souriau, Deshayes, Seintier, Boutet, Gestault, Dherbois, Bezalt, Loyer, Guerrier, Girault, Malial, Charpentier, Bourgeois, Janvier, Jéreaume, Martineau, Rousseau, Jamet, Poidras.
    Mutation au 370e (71e div, présent dans le secteur) : Michel Arthur, Pessard, Beaugé, Petit (2e cl).
    21 Juillet 1915Neufmaisons : Canton général bien tenu par les pionniers sans oublier 39e T. Feuillées Sur SO du village très mal entretenues. Celui SE au contraire très bien organisées […] 24 Juillet39e T à Blanc Etoc. Août 1915 La série des photos aux tranchées ramenée par Henry montrent des soldats du 39e et du 358e au Chamois. La comparaison avec des vues similaires, notamment celles d'Edouard Brissy, ou bien celle du Chtimiste, ne permet aucun doute sur la localisation. Les tenues des soldats, la décontraction et le recoupement avec les JMO permettent de penser qu'elles ont été prises au mois d'août au moment où une délégation de neutres sont venus en visite à Badonviller (2 photos d'Henry), et une baisse d'activité entre les deux camps.

    Pendant l'été 1915, des cies du 39e RIT vont au Chamois. ©Fyrag
    Voir l'album photo complet
    Pour en savoir plus sur le secteur du Chamois
    1er août 1915 Livré à Baccarat au 39e RIT : 14 400 cartouches D.A.M. sur bandes.
    au 358e RI 25 792 cartouches D en paquet et (1) 252 cartouches revol. 92.
    Mr le Capitaine Clément du 39e Tal est mis à la dispo.
    Quelques hommes du 39e RIT rejoignent le 260e RIT nouvellement constitué : Vandour(Sergent),Pichon (caporal), Paris, Rousseau, Rossignol (soldats 2e cl).
    3 août 1915 Eugène Guillois est évacué malade, fièvre typhoïde. 5 août 1915 Livré au 39e RIT 7 600 cartouches 79-83 et 38 fusils. 8 août 1915 Livré au 39e RIT à Baccarat 14 400 cartouches D.A.III. 9 août 191539e T. Fosses fixes installées sous des chalets mobiles. Il n'y a plus de feuillées. Le service de l'eau stérilisée est en voie d'organisation. 12 août 1915Blanc Et Toc : 39.T Cantonnement très bien tenu. Fosses couvertes et désinfectées tous les jours. On boit de l'eau de source qui va être analysée. Badonviller : 39e T. Feuillées assez bien tenues. Cantonnement général assez bien tenu. 17 août 1915Vers 11h, le village de St-Maurice subit, sans pertes, un bombardement de quelques salves d'obus de petit calibre.
    Dans la soirée, le secteur du Rendez-vous des chasseurs est visité par une délégation de journalistes des puissances neutres devant l'église de Badonviller.
    Les pays neutres envoient des délégations

    Le cliché du haut du Fonds Louvois (BDIC) est légendé "Missions d'officiers étrangers - Août 1915" - don Fournier (il doit s'agir de l'éditeur photographe, qui a réalisé de nombreuses cartes postales du secteur.
    Le cliché du bas, ramené par Henry, montre aussi une délégation de militaires neutres.
    21 août Dans la journée une mission des attachés militaires des pays alliés a visité le poste de commandement de Badonvillers et le bivouac du Village Nègre. Journée calme. Aucune activité de l'artillerie allemande 26 août 1915Décès d'Edmond Dubois à l'hôpital mixte de Baccarat des suites de ses blessures. Septembre 1915

    Officiers en observation du 39eRIT, le 8 9 1915. Difficile de savoir si l'homme avec les jumelles est le colonel Rémy (il a 70 ans en août 1915).
    Photo : Edouard Brissy @BDIC-Fonds Louvois Site du fonds Louvois.

    3 Septembre 1915Livré à Baccarat pour le 39e RIT 20 600 cartouches D.A.III. 6 Septembre 1915Livré à Baccarat pour le 39e RIT 10 000 cartouches D.A.III. 8 Septembre 1915Visite à Badonviller avec le médecin du [La…] du DAL pour un cas de méningocoque (Soldat de la 8e Cie du 39e T.). [Constatant…à l'hôpital, aucune…… ne donné dormir sur place - phrase illisible - Jmo sanitaire 71e div). 11 Septembre 1915Un soldat blessé du 39e Tal : Honorat Prunier. 14 Septembre 1915Pour le 39e RIT à Baccarat : 9 600 cartouches D.A.M. 22 septembre 1915Vers 7h30, les positions de 316 subissent un bombardement de deux salves d'obus de petit calibre. Deux hommes de la 6e Cie du 39e Territorial sont légèrement blessés.(source : JMO 370 RI - 141e Brigade) 23 Septembre 1915Décès de maladie à Neufmaisons du soldat Robert Gabriel. Octobre 1915 2 octobre 1915Un blessé à Allencombe : Auguste Bontemps. 7 octobre 1915 Le capitaine Alexandre Duval passe au 37e RIT. 8 octobre 1915 Communiqué officiel : "L'ennemi a dirigé sur différents points du front de Lorraine, notamment près d'Arracourt, de Bures, au nord de Reillon et au nord-est de Badonviller, une forte canonnade, à laquelle nous avons efficacement riposté. 11 octobre 1915Nomination au grade de Capitaine : Paul de Lapanouse. Novembre 1915

    2 novembre 1915Au saillant des fermes d'Allencombe, le clairon Devenne est tué à l'ennemi. 5 novembre 1915Communiqué officiel : Dans les Vosges, une de nos mines a détruit, à la Chapelotte (est de Badonviller), un blockaus allemand. 27 novembre 1915A Allencombe, le soldat Renard Edmé décède après l'éboulement d'une tranchée suite à bombardement. Décembre 1915

    13 décembre 1915Alors qu'il était en sentinelle à son poste à Badonviller, le soldat Armand Chidaine s'est élancé pour contenir et a réussi à maintenir deux mulets attelés à une cuisine roulante qui se sont emballés.

    Tirez ! En avant… Tirez-donc !

    Des hommes du 39e RIT participaient à des patrouilles avec des soldats d'autres régiments. Comme le montre ce fait de guerre survenu le lendemain de Noël 1915.

    26 décembre 1915 Au cours d'une patrouille le soldat Lethuillier est tué au bois de Voivre (S. de Neufviller lès Badonviller). Récit du 370e RI :"A 22 heures, une patrouille ennemie, à la faveur d'une nuit très obscure et d'un grand vent, réussit à s'approcher de nos position N. de Neuviller. Elle ouvre le feu, à courte distance, sur l'une de nos patrouilles, tue un soldat du 39e Tal, et blesse un homme de la 22e Cie. Le troisième patrouilleur, le soldat Balloux de la 22e Cie, ouvre un feu nourri sur l'ennemi et le met en fuite.
    Le soldat Balloux est cité pour sa bravoure : "Constituant une patrouille avec deux camarades dont l'un venait d'être tué et l'autre blessé par le feu de l'ennemi, a fait preuve de courage et de sang-froid en ouvrant sur l'ennemi un feu très nourri en criant à tue-tête : Tirez… En avant… Tirez-donc ! A ainsi mit l'ennemi en fuite et attiré l'attention d'un poste voisin."